D’où est venue l’idée de créer votre organisme?

La Fraternité culturelle des Amériques est un organisme à but non lucratif. L’idée a surgi comme suite à un projet de maîtrise en coopération et développement international. L’objectif de cet organisme est la création de liens entre les communautés originaires du Canada et de l’Amérique latine, tout en diffusant les traditions, les us et les coutumes qui identifient ces communautés originaires, en plus de réaliser des projets sociaux dans les communautés autochtones de l’Amérique latine.

 

Quelle a été l’expérience la plus positive depuis la création de votre organisme?

Il y en a plusieurs. Toutefois, une des plus importantes est la création de projets sociaux dans les communautés autochtones de l’Amérique latine. Leur redonner un peu de ce qui, depuis des années, on leur emprunte : l’inspiration dans les arts, la danse ou le chant. Revendiquer l’appropriation culturelle.

  

Quels conseils pouvez-vous donner aux nouveaux entrepreneurs?

Persévérer et croire en votre projet. Ne jamais se décourager, même dans des circonstances négatives; toujours apprendre des erreurs et aller de l’avant. Il faut avoir des objectifs clairs, mais surtout être différents et se démarquer.

 

Quel a été le principal impact de votre entreprise sur la communauté latino-américaine?

Nous avons donné une voix et de la visibilité à la communauté latino-américaine qui ne se sent pas identifiée aux vitrines actuelles.

Nous avons défait des paradigmes de ce que c’est que la culture latino-américaine, au-delà de la salsa et la cumbia. Nous avons créé de vrais liens entre les communautés à travers les langues originaires, les us et les coutumes. Toutefois, il y a encore beaucoup de travail à faire, il y a toujours de la discrimination systémique dans la communauté latino-américaine, dont on n’entend pas beaucoup parler, nous continuons de travailler pour améliorer la situation.